Les chats ça marche sur le web

Les chats ça marche sur le web

Les chats ça marche sur le web

Ma belle aventure chez Veolia Water Technologies s’achève le 16 mai. Il est temps pour moi d’apporter mes compétences et mon expertise à d’autres entreprises. Votre société ou celle d’une de votre entourage a besoin d’un spécialiste de la communication ? Contactez-moi ! Et sinon, n’hésitez pas à liker, commenter et surtout partager. Merci à tous.
Joel TRARBACH

Joel TRARBACH

Spécialiste de la Communication Digitale

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article.

Archives

Êtes vous sensible aux émotions ?

Êtes vous sensible aux émotions ?

Êtes vous sensible aux émotions ?

Émotion \e.mo.sjɔ̃\ (nom féminin) dérivé de émouvoir, emprunté au latin qui signifie “ex movere”, “ex” signifiant au dehors et ”movere” voulant dire remuer, bouger, ébranler, agiter. L’émotion est un mouvement provoqué par une excitation extérieure. Le Quotient Émotionnel, que l’on nommera QE pour l’opposer au QI (Quotient Intellectuel), est communément appelé Intelligence Émotionnelle, en opposition à l’Intelligence Cognitive. Mais qu’est-ce qui différencie le Quotient Intellectuel de l’Émotionnel ? Si le QI est lié au savoir et à l’apprentissage, le QE tend vers le savoir-être et les réactions comportementales, en ce sens on rejoint les Soft Skills, ce qui n’est pas une coïncidence. Enfin, l’Expertise représente le savoir-faire. C’est grâce à ce savant équilibre que l’on obtient la Compétence, Graal tant recherché par les recruteurs !

Un cercle vertueux ?

Selon Daniel Goleman, psychologue et journaliste scientifique, l’Intelligence Émotionnelle se décline en 5 axes: la Conscience de soi, la Maîtrise de soi, la Motivation, l’Empathie et les Aptitudes Sociales. S’il existe plusieurs versions, celle-ci reste la plus adaptée au milieu professionnel. Ces cinq qualités émotionnelles se déclinent en compétences que, bien sûr, personne ne maîtrise en totalité, car nous avons tous nos forces et nos faiblesses. Ces qualités sont indépendantes, mais interdépendantes et hiérarchisées. Petite explication : Elles apportent toute, individuellement, une valeur ajoutée, mais interagissent entre elles. Et elles s’appuient les unes sur les autres dans la construction de la personnalité. Ainsi, il faut être conscient de soi pour pour se maîtriser, la maîtrise de soi apporte la confiance et la motivation qui en découle. Être motivé permet de prendre des décision, de l’autonomie et d’être à l’écoute et donc dans l’empathie. Enfin, comprendre les autres permet d’interagir avec eux, d’avoir du leadership, ce qui renforce la confiance en soi. CQFD

les compétences du QE sont elles des Soft Skills ?

Les compétences, que l’on peut trouver dans les qualités émotionnelles, déterminent notre comportement. La Conscience de Soi permet de reconnaître ses émotions, ses préférences, ses capacités et ses instincts. On y distingue des compétences telles que la Conscience émotionnelle pour discerner son état d’esprit, l’Auto-évaluation pour apprendre ses forces et ses limites et la Confiance en soi pour l’estime de soi, de sa valeur et de ses capacités. Le Maîtrise de Soi permet de gérer ses impulsions et ses ressources. On y trouve le Contrôle de soi permettant de gérer ses émotions et ses impulsions, la Fiabilité pour les valeurs d’honnêteté et d’intégrité, la Conscience professionnelle s’acquittant de son travail en toute responsabilité, l’Adaptabilité pour réagir aux changements et l’Innovation pour accepter les nouveautés. La Motivation qui guide et pousse vers la réalisation de nos buts. Elle englobe l’Exigence pour s’améliorer et tendre nos tâches vers la perfection, l’Engagement qui apprend à s’aligner sur des objectifs communs, l’Initiative qui permet de saisir les opportunités et l’Optimisme pour poursuivre avec ténacité malgré les obstacles et les déconvenues. L’Empathie est la conscience des sentiments, des besoins et des préoccupations des autres. Elle regroupe la Compréhension des autres dans la perception des sentiments et des avis, la Serviabilité pour anticiper et satisfaire les besoins, l’Enrichissement afin de stimuler les capacités, l’Acceptation de la diversité pour concilier les sensibilités et la Sensibilité politique pour appréhender les courants émotionnels et les jeux de pouvoir. Les Aptitudes Sociales permettent d’obtenir des réactions favorables avec les autres. On y trouve l’Influence qui permet de persuader, la Communication pour envoyer des messages clairs et convaincants, le Sens de la médiation pour négocier et résoudre les conflits, le Leadership pour inspirer et guider, la Gestion des changements pour les initier et les gérer, la Construction des liens afin de tisser des relations, la Coopération pour travailler avec les autres et la Capacité de mobiliser une équipe pour créer une synergie de groupe. Bonne nouvelle, les Compétences Émotionnelles ne sont pas innées, mais peuvent être apprises, développées et perfectionnées. Mais alors les Compétences Émotionnelles sont elles des Soft Skills ? Il existe nettement des compétences communes, mais l’Intelligence Émotionnelle est comportementale alors que les Soft Skills vont plus loin.

Le Quotient Émotionnel et la vie professionnelle

Encore une fois, le monde du travail et les technologies évoluant rapidement, les entreprises ont besoin de profils capables de gérer les situations critiques et les changements, d’être créatifs et force de propositions. Les personnes dotées d’une intelligence émotionnelle élevée sont plus intuitives, prennent de meilleures décisions, notamment dans les situations critiques. Elles sont aussi moins sujettes au stress ou au burn out. L’intelligence émotionnelle réside aussi dans la capacité à s’adapter à son environnement, à se mettre au même niveau que les autres et non pas au-dessus d’eux. Les savoirs-êtres (Soft Skills) liés à l’intelligence émotionnelle, tels que la gestion des relations avec les autres, le pouvoir de conviction, l’initiative, la capacité d’adaptation, la prise de bonnes décisions, la résistance au stress deviennent des qualités très recherchées dans le secteur du management, pour des postes de direction, et plus généralement dans tous les secteurs où la dimension humaine prime. L’Intelligence Émotionnelle n’est pas un phénomène de mode. Elle correspond à la fois à une évolution de la société et à un besoin des entreprises.

Peut-on cultiver son intelligence émotionnelle ?

Les experts estiment que le QI évolue peu à l’âge adulte, ce qui n’est pas le cas du Quotient Emotionnel. Le QE peut être développé tout au long de la vie. Il existe même des formations et des coachings sur le sujet. Des entreprises forme des managers à l’intelligence émotionnelle. Mais, apprendre à se connaître et à connaître les autres au quotidien est un moyen efficace pour développer sa sensibilité émotionnelle et son QE.

Alors êtes vous sensible aux émotions ?

A suivre prochainement, l’Autodidaxie !

Vous avez manqué les article précédents ?

Retrouvez le ici ou via mon profil.
Joel TRARBACH

Joel TRARBACH

Spécialiste de la Communication Digitale

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article.

Archives

Parcours Professionnel : État des lieux

Parcours Professionnel : État des lieux

Parcours Professionnel : État des lieux

Un parcours professionnel n’est plus résumé par une suite de dates, de diplômes et une liste de compétences ou d’outils maîtrisés. Maintenant, il faut beaucoup plus. Les règles du travail évoluent. Jusqu’à présent, le recrutement préférait une prise de risques minimale en misant sur les candidats avec les bons diplômes, issus des bonnes écoles, disposant des compétences et expériences sélectionnées, sans oublier la bonne présentation. Mais depuis peu, on observe un changement majeur dans ce domaine.

Nos bonnes vieilles compétences deviennent les Hard skills. Les Soft skills ont fait leur apparition, il y a quelques années et englobent les qualités humaines, le savoir-être, plutôt que le savoir-faire. On n’oublie pas malgré tout, l’expérience professionnelle et les diplômes, que l’on pourrait regrouper sous la dénomination d’Expertises.  Et voici que viennent d’arriver les petites nouvelles : les Mad skills. Il s’agit d’aptitudes non conformistes, de passions, de talents, de loisirs qui sortent de l’ordinaire, cela peut aussi être une reconversion professionnelle ou même une personnalité décalée. Le quotient intellectuel (QI), qui représente la formation et les compétences n’est plus le seul gage de réussite professionnelle. Le Quotient Émotionnel (QE), représente la qualité des rapports humains, qui remet l’humain au centre des interactions sociales.

Enfin, l’Autodidaxie commence enfin à devenir un élément pris en compte dans n parcours professionnel, il pourrait même entrer dans la catégorie des Mad skills, mais c’est un éléments à part entière. Autant de nouveaux bagages qui apportent plus de profondeur et peut être plus de chances d’obtenir le candidat idéal pour le poste de rêve. Vous voulez en savoir plus, continuez à me suivre, je vous livrerai plus d’éléments dans les jours prochains. Quand pensez-vous ? Vous croyez-vous que tous ces éléments complexifient les candidatures ou qu’ils permettent justement d’apporter des précisions qui étaient jusqu’à présent invisibles pour les recruteurs.

 

Joel TRARBACH

Joel TRARBACH

Spécialiste de la Communication Digitale

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article.

Archives

L’Estime de Soi

L’Estime de Soi

L’Estime de Soi

L’Estime de Soi ça se bichonne, ça s’entretient jour après jour, pour ne pas faire naître le Syndrome de l’Imposteur… ou un tabouret.

Joel TRARBACH

Joel TRARBACH

Spécialiste de la Communication Digitale

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article.

Archives

Les Métiers de Demain

Les Métiers de Demain

Le JDN relaie aujourd’hui un article de 28Wansquare sur l’émergence d’une nouvelle profession numérique liée à la normalisation des règles européennes sur la protection des données. Si je vous vous conseille l’article, je vous invite aussi à réfléchir sur l’évolution des métiers qui naissent, évoluent ou meurent à la vitesse du digital.
 
Il reste tellement de métier à naître et tellement d’autres moribonds qui, faute de parvenir à s’adapter à l’évolution du monde et du marché finiront par disparaître. Mon parcours est le reflet de cette évolution, j’ai débuter dans l’imprimerie, touché du doigt les casses typographiques et les caractères en plomb et j’ai évolué vers la publication assistée par ordinateur (PAO), puis vers la dématérialisation du web et je poursuis ma route en entrant dans un métier qui n’existait pas encore il y a à peine cinq années : Chef de Projet Digital. Je gage que celui-ci aura évolué ou disparu dans moins d’une décennie. D’ailleurs qui se souvient du Webmaster, sorte de gestionnaire multitâche assurant le développement, le graphisme, la gestion de contenu et l’animation de la communauté ? Aujourd’hui, s’il reste encore quelques survivant, sa fonction a éclaté en une myriade de spécialistes, spécialistes qui doivent eux-mêmes être coordonnés par un Chef de Projet Digital.
 
Tout cela mène à une réflexion. Si les professions évoluent au rythme du développement technologique, qu’en est-il du système scolaire ? Pourquoi des organismes de formations professionnels pour adultes, tel que l’AFPA ou l’IFOCOP doivent se charger de palier à l’immobilisme monolithique de l’Education Nationale ? Nos enfants ne sont-ils pas en train d’apprendre des notions et des métiers qui seront dépassés lorsqu’ils seront en âge d’affronter le marché du travail ? Bien sûr, je ne suis pas le premier à faire écho à cette réflexion, bien sûr ce n’est pas un article qui va faire la révolution, mais j’ai espoir d’être juste une goutte d’eau qui pourrait devenir océan pour peu, que l’on accepte de réfléchir à comment évoluer aussi vite que notre technologie. Je vous laisse lire l’article du JDN et y découvrir la naissance du Data Protection Officier, à qui nous souhaitons longue vie et adaptation pour éviter de rejoindre le cimetière des éléphants professionnels. JDN Données personnelles : les entreprises vont devoir embaucher

Pin It on Pinterest